Impression de la page

Les ravageurs


     Les insectes ci-dessous ne sont que quelques exemples d'insectes pouvant s'attaquer à la vignes, il en existe d'autres, qui peuvent, eux aussi, attaquer d'autres plantes.

La Cochylis (Cochylis roserana ou Tortrix ambiguella ou Eupoecilia ambiguella).
     Petit papillon nocturne jaunâtre pourvu d'une raie noire transversale, dont le ver, appelé Ver de vendange, n'a que 8 millimètres ; son corps est grisâtre et la tête rouge. Il existe 2 générations de larves: une première en mai, qui ronge les inflorescences ; une seconde en août-septembre, qui ronge l'intérieur des grains, facilitant souvent la pourriture grise. Plus les grappes sont serrées, et plus les larves voyagent aisément d'un grain à un autre.


Eudemis (Eudemis botrana ou Iobesia botrana).
     C'est un papillon crépusculaire, plus petit que la Cochylis, brun ou fauve, tacheté de brun sur les ailes, mais dépourvu de bande transversale. Sa larve, de 8 millimètres, est jaunâtre, un peu fauve, très agile, terminée en arrière par une pointe. Trois générations au moins sont à redouter au cours du printemps et de l'été. Cet ennemi a déjà causé de grands dégâts dans les vignobles, mais aussi dans certaines cultures de chasselas.


Pyrale de la Vigne (Tortrix pilleriana ou Sparganothis pilleriana).
     Petit papillon nocturne de 1 à 2 centimètres d'envergure, aux ailes fauves traversées de 3 bandes brunes. Les femelles pondent en août sur les feuilles, dans l'espace de quelques minutes, des amas d'une soixantaine d'oeufs agglutinés par un enduit visqueux. Les premières chenilles qui en naissent ne mangent pas ; elles descendent à l'aide de fils jusqu'à terre ou dans les écorces où elles se tissent des cocons pour l'hiver. En mai elles rongent les feuilles naissantes et enlacent les grappes de fils soyeux, atteignent 2 et 3 centimètres, elles sont verdâtres, à tête noire. Une fois développées, elles s'attaquent aux grains qu'elles coupent et rongent. Après 50 jours environ, les larves deviennent des chrysalides de 1 centimètre, qui à leur tour deviennent des papillons.


Guêpes et Frelons.
     Ces deux insectes sont à redouter au moment de la maturité. Ils s'attaquent aux baies mûres qu'ils vident entièrement.

Grisette ou calocoris (Lopus sulcatus).
     Sorte de petite punaise noirâtre avec points blancs. Elles sont dangereuses pour la vigne en piquant les boutons floraux en fin mai et en provoquant leur noircissement et leur chute. Les oeufs sont pondus en juin sous de vieilles écorces.

Phylloxéra (Phylloxera vastatrix).
     Sorte de puceron importé d'Amérique vers 1863. Sa présence en France a causé une véritable perturbation dans les vignobles et la ruine de bien des cultivateurs. Ce puceron jaunâtre, qui suce les radicelles et y provoque des nodosités, se multiplie avec une grande rapidité. Il comprend des femelles aptères, des femelles ailées, et des mâles qui ne vivent que quelques jours. On peut voir à la face inférieure de certaines feuilles, et notamment sur les cépages américains, de petites galles qui abritent des phylloxéras dits Gallicoles, lesquels descendent en août grossir la colonie des Phylloxéra radicoles.

Erinose (Phytopius vilis ou Eriophyes vitis).
     Petit acarien qui pique le parenchyme des feuilles à leur face inférieure, provoquant dessus des boursouflures rougeâtres garnies en dessous d'un feutrage presque blanc. On prend souvent à tort cette maladie pour le mildiou. Elle est de peu d'importance ; les plantations à leur seconde et troisième année sont sujettes à l'érinose.

Cochenilles.
     Les trois espèces qui s'attaquent à la vigne sont : Dactylopius vitis (Cochenilles blanche), Pulvinaria vitis (Cochenilles rouge) et Aspidiotus vitis. Elles ne sont pas dangereuses par elles-mêmes, mais ,provoquent la Fumagine.


Nysius senecionis.
     Sorte de petite punaise, signalé en 1912, qui se multiplie rapidement, pique les feuilles qui sèchent et se recouvrent d'un enduit visqueux et noirâtre. Semble s'attaquer seulement aux jeunes plantations.

Acariose de la vigne.
     Elle est due à un minuscule acarien, Calépitrimenus vitis, de couleur brun ocre, qui hiverne sous les écorces à la base des sarments.
Au printemps l'acarien envahit les bourgeons et peut empêcher le développement de la jeune pousse d'où un rabougrissement, en été il attaque le feuillage provoquant des tâches cl aires translucides, en cas d'attaque intense, le feuillage peut devenir bronzé.
La confusion des symptômes est possible avec ceux du court noué.
La lutte chimique est réalisable en particulier avec du souffre mouillable en tout début de saison, la lutte biologique est à l'étude.